Le Belgian Westhoek Classic :

Homme
piriac Avatar de l’utilisateur
Passe la 3e
Messages: 443
Sujets: 29
Localisation: Villeneuve d'Ascq
Âge: 69
7ème au Belgium Westhoek Classic :

Une épreuve fantastique :

Vendredi soir tard, c’est génial mais on en a plein les pattes ( Mais c’est GENIAL)

On entame alors la RT du vieil aérodrome juste avant l’arrivée vers minuit. ( Et demain on roule encore pendant 10 heures….)

C’est un vieil aérodrome militaire dans lequel le chemin exact du très long slalom était dur à trouver, { = 7km de slalom !!!!!!!!!! et de nuit } Et avec un tarmac herbu = va parfois trouver où commence l’herbe et où s’arrêtent les pistes avec leurs touffes de vieille herbes dispersées….} Les barrières et les cônes sont réfléchissantes. A chaque sortie d’épingles : Freinsssssss contrôle tampon. Safety first safety = c’est donc là que dans le noir le marshall est le mieux en sécurité mais quand on arrive à bloc, il ne bouge pas et attend la feuille tranquillement debout devant sa voiture alors qu’on le frôle en freinant . Avec les 6 phares en face, avec la lumière du Gps qui sert à rien et la lampe de copilote, je vois rien. Les phares grossissent. On va faire quitter droite et lui quitter gauche. Faut passer avant sinon il nous gène. Le temps de 2 virages et une ligne droite puis les itinéraires se sépareront. Pendant tout le slalom, t’as intérêt à annoncer juste ! « Freins, et barrières gauche/droite DANS longue courbe gauche referme DANS avant-droite à DROITE des cônes etc… »
Les freins/stop aux contrôles tampons se succèdent très très vite. T’as pas intérêt à relever ta fenêtre même sous la pluie parce que tu ne ferais que ça : tampon / relever fenêtre / ouvrir vite fenêtre / tampon / relever fenêtre etc…Dans une belle vieille bagnolle comme nous avec les fenêtres à manivelle t’as pas le temps. Contrôles horaires 2 - 4 -3 minutes ( Et 2 – 2- 2mn pour les experts !).

Du rythme, des enchaînements, des RT piégeuses. 550 km avec beaucoup de terres et parfois sinueuses et compliquées à trouver et une fois enchevêtrées.

Une belle page de fragments de cartes très bien ficelées avec pièges et cadences, 3 stop-contrôles-temps encore. Il fallait s’user les doigts à la tourner dans tous les sens tout le temps. Et bien comprendre 2 équerres astucieuses aux raccords de cartes.

https://www.facebook.com/carpictureslady/photos/a.1098955606825398.1073742128.773941489326813/1098956290158663/?type=3&theater

On termine 7ème sur 48 équipages Classic et 95 équipages au total. On est content :
http://www.belgianwesthoekclassic.be/t4.pdf

C’est un grand champion. Il est ici à regarder au start. Juste à gauche. Discrètement. Et il apprécie le moment de l’évènement. Sans participer. D’habitude il roule et il scratche ou podiume même au MCH , au Rallye du Portugal Historique etc….Là son must/copilote l’a prévenu que professionnellement il était retenu. Donc pas de BWC…C’est triste.

La belle Porsche 356 est adroitement arrêtée près de la pile du pont-levis juste à droite. Sa roue AVD lamentablement écartée…. Ca fait vraiment mal de regarder ce chamboulement alors que 5 secondes avant, on se battait pour avancer dans des longues et belles terres. Mais parfois avec des trous…Et le système d’accroche des roues VW / 356 n’a jamais aimé les trous….or des fois, on a roulé vite dans les nombreuses terres spectaculaires et leurs virages sinueux et successifs….

Parfois ça enchaîne sans avoir le temps de réfléchir : on termine une RT et hop, déjà la suivante sans avoir le temps de la préparer…

La nuit encore : en RT « Et quitte droite »… :
Rien ne se passe.
Tout est noir et à droite un devers en terre noire de 3 mètres de haut.
« Stop, on a dépassé .»
Des voitures tournent en rond. Large ligne droite. Elles cherchent. Comme nous.
On repasse doucement.
Rien.
On re repasse lentement :
Il y a peut-être une terre cabossée sombre qui monte ?…On y va ?
Mais c’est vraiment pour du moto-cross….
On escalade la terre noire bosselée en sachant que c’est pas ça non plus.
Et en haut : du goudron tout droit bien caché ! C’est la soluce…..
« Files pointer. »
Puis liaison en RSP Rester Sur principale ( = HBV Hoofbaan volgen.)
Et je choisis la mauvaise solution : suivre le goudron qui continue en tournant à droite alors que rsp/hbv s’interprétait : continuer tout droit dans l’étroit. Long sens unique. Complications pour revenir. Routes urbaines et au start de la dernière RT on a 2mn30 de retard. On est moyennement sympa à klaxonner fort pour doubler les 2 voitures sages qui attendent leur start. Elles font des efforts pour se ranger et merci à elles ( Une Matra et une BMW je crois.) On file et en route on double l’Audi et boum, on se prend 10000 points ! On descend à la 7ème place. Ben oui Jean mais les autres, ils ont trouvé la bonne solution =( A toi de jouer.
Juste après c’est l’arrivée du BWC.
Et une bonne bière à l’arrivée. Vous avez dit pression ?

Quand Rudy Opdenaker surveille au départ de l’aérodrome, il porte un gilet de sécurité fluo. Comme les autres marshalls, les organisateurs sont simples et accessibles.
Autre exemple de la disponibilité efficace des organisateurs : ce très bon copilote se sent mal ( Nuit du vendredi soir.) Le pilote tél. aux orgs : qui répondent immédiatement : « Tu es à quelle case ? »
« Page unetelle. Case untelle. »
« A gauche, deux fois à droite etc…. » et ils se retrouvent très vite à l’hôpital de Tielt.
Il sera à nouveau au départ le samedi matin.

Et 50 trucs à raconter. Impression d’une épreuve exceptionnelle. Pas mal à l’ancienne aussi. Ca me plait aussi.

Et après, dans le campement des tricolores, l’ambiance état studieuse sérieuse…
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10206926282666679&set=a.3708720287703.2124943.1566478188&type=3&theater